Avis et critiques au sujet de GraphistesOnline

18 janvier 2017

L'e-reputation

 

L’hyper-médiatisation du monde, la multiplication des réseaux sociaux et la digitalisation de l’image de marque, poussent les entreprises à devoir gérer quotidiennement leur réputation en ligne.

La fameuse E-réputation.

 

L'e-réputation, parfois appelée web-réputation ou réputation numérique sur Internet est la réputation, l’opinion commune (informations, avis, échanges, commentaires, rumeurs…) sur le Web d'une entité (marque, personne ou entreprise). Elle correspond à l’identité de cette marque ou de cette personne associée à la perception que les internautes s'en font.

De ce fait, il est important de faire attention à ce qui est dis sur nous sur internet et de bien gérer son image sur le web.

Par exemple, 80% des consommateurs vont sur internet pour se renseigner sur une marque ou un service avant l’achat. D'autre part ce qui est écrit sur le web y reste pour longtemps. Tout ceci peut être à l’origine d’un vrai coût financier pour les marques.

Pour les entreprises et les marques:

Les entreprises ont tout intérêt à être attentives à leur réputation online, afin de refléter une bonne image. Ainsi, les consommateurs sont de vrais acteurs dans l‘e-réputation des entreprises et des émetteurs potentiels de messages.

Pour une entreprise, travailler sur sa réputation online, apparaît indispensable pour optimiser sa communication externe et éventuellement faire évoluer son business.

À ce propos, le challenge pour les entreprises est de maîtriser leur communication et leur présence sur Internet pour mieux contrôler leur image. Le problème est qu’il n’y a aucune règle sur internet et que l’internaute y est l’acteur principal. Il navigue quand et où il veut, il s’exprime comme il l’entend,et il fait d'avantages confiance à une information qui vient des communautés d’utilisateurs que de la marque.

La maîtrise de l’e-réputation est donc un enjeu vital pour une entreprise.

Pour les personnes

Il est tout aussi important de surveiller sa réputation sur le web car cette e-réputation est entretenue par tout ce qui nous concerne et qui est mis en ligne sur les réseaux sociaux, les blogs ou les plates-formes de partage de vidéos.

Aujourd’hui, nous consultons de plus en plus Internet et les réseaux sociaux pour rechercher des informations sur quelqu’un, que ce soit dans un contexte professionnel (recruteurs, clients, collègues, etc.) ou personnel.

Cette pratique est d’ailleurs devenue si courante que nous parlons de « googliser quelqu’un » lorsque nous cherchons des informations sur cette personne sur un moteur de recherche (type Google). Il est donc très important de contrôler et de maîtriser son image numérique car elle est accessible par tous.

 

 

 

Posté par administrateur12 à 18:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 août 2016

Place à la rentrée pour les marques de smartphone

De nouveaux smartphones sont de sortie et la concurrence est de mise. Les plus importantes marques sont alors prêtent à défendre leurs images et montrer de quoi elles sont capables  en dévoilant chacune leurs dernières prouesses technologiques en matière d’appareils mobiles. Ce marché des smartphones est un marché très dense et dynamique regroupant un nombre important de fabriquant aux noms célèbres, on peut évidemment parler d’Apple et de Samsung mais également d’autres sociétés comme Huawei qui leur empiètent de plus en plus des parts de marché.

C’est ainsi que l’on retrouve un énorme engouement derrière le prochain Iphone de chez Apple. L’iphone 7, prévu de sortir d’ici septembre, est alors la première victime de la réputation de sa marque, il fait naitre diverses rumeurs sur ses possibles capacités et fonctionnalités jours après jours. On retrouve donc une vidéo dans laquelle on semble nous présenter le plus probable des prototypes concernant le prochain Iphone. Celui-ci est alors de couleur bleu, il ne présente pas de prise jack comme la plupart des rumeurs le prédise. En termes de nouveauté, il possède à son dos de trois points alignés que l’on peut imaginer permettre de connectique pour chargeurs ou autres. De plus, on retrouve un double capteur photo toujours au dos du produit, ces derniers sont d’ailleurs plus imposants que la normale pour un Iphone.

Place au géant Samsung et sa gamme des Galaxy Note pour entrer encore plus en concurrence avec son rival de toujours. Sa sorti étant envisagé pour début septembre, le Galaxy Note 7 fait parti de la gamme des phablette pour la marque asiatique, ce smartphone présente ainsi un écran mesurant près de 14.4 cm de diagonale accompagné d’un stylet. Il a la nouveauté d’être caractérisé par un système de sécurité par détection d’iris, dépassant alors la sécurité par emprunte digitale dont été équipé le Galaxy S6 et son concurrent Iphone.

Autre fabricant que Samsung et Apple, Huawei est une société qui prend de plus en plus de place sur ce marché. Celle-ci a développé avec sa marque Honor et son Note 8 un smartphone phablette à l’image du précédemment cité Galaxy Note 7. Cette phablette est pour l’instant prévu en vente pour le 9 août en Chine,  une date pour une éventuelle commercialisation en Europe n’est pas encore dévoilée.

Posté par administrateur12 à 15:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2016

En route pour le robot de compagnie

Les robots sont aujourd’hui très utiles et même indispensables dans certains domaines comme celui de l’industrie. Ils permettent ainsi d’augmenter de façon significative la productivité des usines, on peut bien entendu citer l’exemple des constructeurs automobiles qui sans l’aide de la robotique ne pourraient jamais produire à un rythme effréné comme ils le font aujourd’hui. Les robots ont donc bien évolué et se sont développés pour pouvoir nous accompagner au travail, qu’en est-il alors des robots qui nous accompagnent au quotidien ? L’idée d’être assisté par un robot à domicile existe depuis bien longtemps mais pouvons-nous nous permettre de vivre jusqu’à dépendre entièrement des robots ?

La question se pose alors en analysant l’exemple du robot Cozmo, un robot jouet avec intelligence artificielle. Ce dernier imaginé par la startup Anki est développé sur la base du célèbre robot Wall-E, Anki est d’ailleurs en collaboration directe avec le studio Pixar. Cozmo est alors très ressemblant avec le robot du film d’animation, il peut déplacer des blocs, faire paraître des émotions avec ces deux yeux lumineux.  Ce robot est en premier lieu un jouet ludique pour les enfants, mais il cache une intelligence artificielle très avancé qui lui permet  notamment de capter le visage humain et de reconnaitre les gens qui l’entourent. Il dépasse tous les jouets à intelligence artificielle sur le marché et innove à ce sujet en devenant pourquoi pas, le jouet de demain tout juste sorti des films d’animation.

Boston Dynamics est une autre société qui est spécialisée dans la robotique, connue pour être une filiale de Google, elle a récemment développée un robot domestique. Ce robot prénommé Spotmini et présenté dans une vidéo, est capable de réaliser différentes tâches domestiques comme le fait de ranger la vaisselle dans le lave-vaisselle ou bien de jeter une canette vide dans la poubelle. Toutes ces actions réalisées à l’aide d’un bras mécanique et d’une pince mais également d’une caméra permettant d’analyser l’espace qui l’entoure et le champ d’action possible. On constate également dans cette vidéo que ce robot à quatre pattes est capable de s’abaisser sous une table ou bien même de glisser sur des peaux de banane, de quoi faire rapprocher l’homme de la machine.

Posté par administrateur12 à 17:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 juin 2016

Les vidéos en direct : le nouveau moyen de communication pour les réseaux sociaux

Les vidéos en lignes existent depuis un bon moment avec Youtube en tête de gondole. Elles sont visionnés des milliers et des milliers de fois tous les jours et à travers le monde. La télévision est aujourd’hui menacée par celles-ci et elle risque de l’être encore plus avec les vidéos en direct qui se développent de manière exponentielle. On connaît tous désormais la fameuse application Periscope appartenant à Twitter permettant de diffuser en direct ce que capture son smartphone. La diffusion en direct est donc à la main et à la portée de tous.

Periscope n’est pas seul et l’effervescence autour des vidéos en direct ne fait que durer avec une concurrence vive comprenant notamment l’application Merkat, le Youtube Connect ou bien le Facebook Live. Ce dernier qui a été mis à disposition récemment pour tous les utilisateurs Facebook permet à ce jour de diffuser une capture avec temps illimité depuis son smartphone et en partage avec ses amis ou en public. Facebook Live a déjà fait parler de lui mais pas forcément dans le bon sens avec par exemple l’apparition de diffusion en direct de propagande terroriste.

Cela reste donc un moyen de communication jeune et encore en développement, il est cependant déjà utilisé dans différents domaines comme dans le sport et la politique. On peut y voir dans ce sens et encore une fois, une menace réelle pour la télévision en imaginant des débats politiques à commenter en direct sur Facebook ou des matchs de football à disposition de tous les utilisateurs. L’outil Live de Facebook ne permet cependant qu’aux journalistes ou professionnelles  de la communication de sauvegarder ou rediffuser leurs contenus capturés en direct. C’est alors là-dessus que Périscope joue son jeu concurrentiel en permettant au contraire de Facebook, de sauvegarder n’importe quelle diffusion par défaut.

La vidéo en direct veut donc se diffuser à travers les réseaux sociaux comme le nouveau moyen de communication. Ainsi, on  a eu il y a peu la nouvelle que le site Tumblr ira lancer son propre service de vidéos en streaming. Un moyen pour Tumblr de redynamiser ses blogs et de s’aventurer dans la jungle concurrentielle des vidéos en direct.

Posté par administrateur12 à 16:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 juin 2016

L’impression 3D : une innovation qui s’adapte à notre société ?

L’impression 3D est en plein boum depuis quelques années. Alors, celle-ci nous développant de plus en plus vite et donc depuis quelque temps, pouvons-nous dire qu’il s’agit d’une avancée technologique qui s’adapte à notre société et à notre vie ?

Il y a peu, une entreprise travaillant dans l’impression 3D à réussir à entreprendre la construction d’un pont à taille humaine automatiquement. Il s’agit ici d’une innovation majeure pour les imprimantes 3D qui peuvent désormais imprimer des matériaux métalliques. En effet, depuis leurs créations, le plastique était l’une des seules matières qu’elles pouvaient imprimer. La société prénommée MX3D a permis ainsi d’imaginer la possible existence d’une nouvelle dynamique pour l’industrie et précisément pour le secteur du bâtiment.

En dehors de l’industrie, le «3D print » s’implante dans d’autres domaines et notamment au niveau de la médecine. Un exemple de cela est la création au moment de l’échographie d’une mini-sculpture 3D correspondant au visage du bébé. Celle-ci permettant aux mères aveugles de pouvoir visualiser leur progéniture par le toucher. Cette impression 3D étant mise en place par Huggies, une marque hygiénique pour enfant semble finalement être un bon plan marketing pour cibler les femmes enceintes. Mais en dehors de cela, il s’agit d’une autre avancée dans le développement croissant de l’impression 3D.

Pour poursuivre sur notre réflexion, peut-on se demander si les imprimantes 3D peuvent aider la médecine et permettre de nous soigner ou même de nous sauver la vie ? La réponse semble être positive avec l’histoire de Freddy la tortue, une histoire tragique se déroulant au Brésil suite à un incendie. Une tortue ayant été retrouvée victime des flammes avait brûlé sa carapace et semblait atteindre le bout de sa vie. Et cela, avant qu’intervienne l’impression 3D avec l’élaboration d’une carapace 3D mise en place en collaboration avec l’association «Animal Avengers » pour sauver Freddy. Un acte magnifique donc qui permet d’envisager la même chose pour l’Homme avec éventuellement l’élaboration et le développement de prothèses réalisées par des imprimantes 3D.

Tous ces exemples favorisent donc le développement de l’impression 3D et lui envisage un bel avenir. De plus, d’importantes entreprises comme Boulanger investissent à ce sujet avec notamment Happy 3D, une plateforme permettant aux consommateurs d’imprimer seul des pièces de réparations cataloguées par Boulanger en personne. Il s’agirait alors d’une première mondiale qui permettra en plus de réparer soi-même ces appareils, de s’adapter à l’impression 3D.

Posté par administrateur12 à 15:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


19 mai 2016

La publicité qui dénonce et choque: un bon moyen de communication ?

Les marques sont prêtent à tout pour se faire connaitre et vendre leurs produits ou services. Peut-on alors considérer qu’aucune limite ne peut être atteinte lorsque l’on parle de marketing publicitaire ?

Au Canada, une fausse marque de pompes funèbres a mis en place un panneau publicitaire avec la phrase : « text and drive », autrement dit utilise ton téléphone et conduit. Une affiche publicitaire qui profite des dangers du téléphone au volant pour venter les services des pompes funèbres. Les réactions n’ont bien entendu pas tardées à apparaitre jusqu’à ce qu’on apprenne que cette société n’existait pas. C’est alors l’agence canadienne John St qui a eu cette idée pour sensibiliser les conducteurs aux accidents des routes causées par l’utilisation des téléphones au volant. Un moyen de communication à la fois ingénieux et choquant qui n’est pas forcément vu de la même manière par tout le monde.

Allons dans le même sens et suivons l’exemple concernant les dangers du téléphone au volant. La société de télécommunication Sprint a fait parler d’elle en sculptant un emoji géant fabriqué avec des débris de véhicules accidentés. En effet, la tête de l’emoji est représentée avec la carcasse d’une voiture jaune, la langue représentée avec un siège conducteur rouge, et les yeux avec des restes de roues et pneus. Cette démarche faite par Sprint veut alors dénoncer le danger du téléphone au volant, mais c’est avant tout un moyen pour la marque de se faire connaître en se démarquant des autres sociétés de télécommunications.

Chaque année, les annonces et vidéos de sensibilisations à la sécurité routière changent et innovent. Elles sont toujours aussi frappantes les unes que les autres. Parlez ici d’un moyen de communication bénéfique au gouvernement et à ses services est passé de sens, la volonté première est ici de faire connaître un sujet grave et important qui existe et subsiste au sein de notre société.

La publicité dénonce, elle n’hésite donc plus. Autant choquer et dénoncer sur des sujets importants me diraient vous ? Certains n’ont pas forcément le même avis, certains étant plus sensibles,  n’y voyant aucun intérêt, d’autres préférant un moyen de communication plus « standard »…

Posté par administrateur12 à 12:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 avril 2015

Content Marketing VS Inbound Marketing : ce qu’il faut savoir.

Nous avons décidé aujourd’hui de parler de 2 notions très proches mais qui méritent d’être distingués. Commençons par le content marketing, il s’agit donc d’une technique de création et de distribution de contenue avec pour objectif : L’acquisition de client, Créer de l’engagement dans une communauté et donc rentabiliser les actions clients. Le marketing de contenu est donc une stratégie de long terme qui vous sert donc à créer un lien avec vs clients et prospects et à les engager. Comme toute stratégie, il faut connaitre votre cible afin de produire le bon contenu, la différence première entre le marketing de contenue et l’inbound marketing, l’un est orienté client et l’autre business. L’Inbound marketing est avant tout une stratégie qui vise à convertir l’action du client en chiffres d’affaires.

Si votre contenue s’adresse bien à votre cible, cette dernière passera du temps là-dessus et la partagera et pour cette cible vous deviendrez une source d’information.

Pour les types de contenus : Infographies et vidéos sont les plus privilégiés au-delà de l’aspect visuel, cela demande moins d’efforts à l’utilisateur en matière de concentration.

D'autre part il faut faire attention aux supports sur lesquelles vos contenues sont disponibles, donc une prise en compte du mobile dans votre stratégie est essentielle.

Un planning est tout aussi essentiel car au-delà de la cohérence du contenu, il faut donner des habitudes et un rythme à vos clients pour savoir quand ils doivent revenir et quand de nouveaux contenus seront disponibles et ce rythme il faut s’y tenir, il s’agit dès lors d’un engagement, d’un contrat entre vous et vos clients.

L’inbound marketing s’appuie fortement sur le content marketing, Inbound Marketing vise à faire venir le client vers vous pour le convaincre il vous faut lui proposer du contenue de qualité.

Ainsi L’inbound marketing ne peut fonctionner sans un marketing de contenue par contre l’inverse est moins vrai car on peut générer du Trafic vers son site ou améliorer son e-réputation au travers du marketing de contenue sans proposer à l’internaute de rentrer dans un tunnel de conversion.

Ces 2 notions sont donc à la fois différentes et complémentaires mais ils ne suffisent pas, ces stratégies visent avant tout à générer du Trafic et créer une sympathie chez vos clients dans le but de faire aimer votre marque.

Posté par administrateur12 à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 mars 2015

Programmatique/RTB : l’avenir de la publicité

Aujourd’hui nous allons parler de programmatique ou du moins de marketing programmatique. Pour résumer tout simplement il s’agit de l’automatisation de certaines procédures marketing, cela repose donc sur la scénarisation de ces différentes actions permettant d’en déduire un encodage pouvant être mis en place et utilisable sans l'intervention humaine. Le but étant d’accroitre la réactivité, L’homme fabrique la machine mais l’homme ne sera jamais aussi rapide que la machine.

Pour donner un exemple concret de programmatique, le RTB, comme expliqué dans un précédent article, le RTB est l’automatisation des procédures d’achat publicitaire, plus rapide et ne nécessitant aucune action de l’humain à part la programmation de la machine. Même si ces 2 concepts se rejoignent pour moi il faut les dissocier, je pense que le programmatique est une façon de pousser le RTB plus loin dans le ciblage de la cible. Le programmatique aujourd’hui permet une meilleure connaissance de la cible, le profilage de cette dernière, l’automatisation des procédures et la possibilité de mesurer la performance et donc apporter des mesures correctrices si nécessaire.

Au même titre que le RTB, le programmatique est devenu un élément essentiel dans le domaine de la publicité, aujourd’hui, le grand enjeu pour tous les annonceurs aujourd’hui étant d’avoir un ROI élevé qui passe essentiel par un meilleur ciblage ce qui rend le message plus pertinent et le coût d’affichage s’en retrouve réduit bien évidemment dans la mesure où que les espaces publicitaires sont achetés en fonction des préférences des utilisateurs.

Avec l’ensemble de ces avancées permettant de transmettre un message cibler aux internautes, nous pouvons nous interroger sur les possibilités dans l’avenir que ce genre de communication basée sur du RTB ou encore du marketing programmatique voient le jour dans la télévision, aujourd’hui le modèle est dans le domaine du possible si on parle de « télévision sociale ». Peu à peu au fil des années, nous avons vu la télé rejoindre les réseaux sociaux, il y a encore quelques années vous aviez des bandes qui passaient à l’écran vous disant de réagir à cette émission en envoyant un message qui étaient relativement coûteuses ce que peu de personnes faisaient et il était difficile de communiquer ensuite vers ces personnes, aujourd’hui avec l’avènement des réseaux sociaux les chaines vous demandent d’interagir directement avec eux, à ce titre ils sont capables de mettre un pseudo sur vous voir votre nom prénom, votre âge et vos centres d’intérêt ce qui représente une mine d’informations en matière de publicités.

Récemment j’ai eu l’occasion de voir une vidéo qui concerne l’émission TPMP (touche pas à mon poste) en soi émission m’intéressait peu, mais un événement m’a intéressé, l’animateur a lancé un défi en direct à la télé demandant à des internautes de twitter avec un hastag particulier et le but étant d’arriver en moins d’une heure à 100 000 tweets, l’objectif n’a pas été atteint mais ils sont quand même arrivé à 81 000 tweets, en utilisant les différents outils, ils sont possibles de connaitre les auteurs de ces tweets et de voir quels est leur centre d’intérêt et de savoir qu’à telle heure, il regarde telle émission et qu’à cette heure bien précise on communiquera vers eux un message publicitaire qui sera pertinent dans la mesure où on connaît leur centre d’intérêt et l’on sait qu’ils seront bien présents.

La télévision sociale favorisera bientôt le passage du modèle de publicité télévision sur un modèle RTB/Programmatique.

Posté par administrateur12 à 10:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 février 2015

L’affiliation : Le canal d’acquisition client

Parlons d’affiliation aujourd’hui, pour certains, ce terme reste assez concret et pour d’autres des questions doit déjà se faire sentir. Qu’est-ce que l’affiliation ? Il s’agit d’un levier marketing lié à la performance, mais encore, une technique marketing propre à l’univers du web, mettant en œuvre un partenariat entre un éditeur et un site marchand (annonceur) qui a pour objectifs de développer ses ventes. Le principe consiste à ce que l’éditeur d’un site (marchand, blogs etc.) propose à des éditeurs partenaires la possibilité de promouvoir leurs produits ou services via des bannières. L’éditeur sera donc rémunéré en fonction d'une tarification fournie à l’avance.

Il existe plusieurs modes de rémunération dans un programme d’affiliation, elles dépendent essentielle de l’objectif visé par l’annonceur : de la visibilité, augmentation du volume de ventes, des formulaires.

  •  CPC : coût par clic, autrement dit, la rémunération de l’éditeur sera basée sur le nombre de personnes qui cliquera sur le lien ou la bannière qui est apposée sur son site. Le but de l’annonceur dans ce genre était d’améliorer le trafic vers son site et donc de driver un maximum de personnes.
  • CPM : coût pour mille pages vues, donc il y a prix déterminés pour mille pages vus autrement dit il faut que la bannière sur la bannière soit vue 1000 fois et la rémunération de l’éditeur dépend du nombre de vues. Ces genres de campagne d'affiliation sont des campagnes de branding, il vise à communiquer et ne demande aucune action de la part de la cible, il s’agit ici de faire connaitre. Cela suggère que le site de l’éditeur génère beaucoup de trafic
  •  CPA : Coût par action : le but de ce genre de campagne est de vendre. La rémunération de l’éditeur se fait sur une base de commissionnement sur la base du chiffre d’affaires que son site aura permis de générer.
  • CPL : le coût par lead signifie que la rémunération est faite pour chaque nouveau prospect que vous apportez au site auquel vous êtes affilié, généralement cela est fait par le biais d’un formulaire et l’éditeur est rémunéré par nombre de personnes ayant complété le formulaire.

L’affiliation est devenu un moyen simple aujourd’hui de récupérer du trafic où des clients et ce à moindre coût, pour l’organisation des campagnes d’affiliations, vous disposez aujourd’hui de plusieurs plateformes d’affiliation qui sont chargés de mesurer l’efficacité de la campagne et ces plateformes servent de tiers de confiance entre l’affilié et l’affilieur.

Posté par administrateur12 à 11:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

02 février 2015

Gagnez du temps dans votre recherche de clients avec Graphsistesonline

Après quelques recherches aujourd’hui nous avons trouvé une plate-forme participative de design, il s’agit de Brandsupply, il s’agit d’une plateforme rassemblant des designers et des entreprises qui cherchent des designers pour certaines missions d’ordre graphiques, cela inclut donc la création de logo, montage vidéo, design de produits et d’outils de communication.

Cette plateforme permet aux Pme d’accéder à des designers pour des budgets limités dans la mesure où en temps normal, ces entreprises n’auraient pas les moyens, leur modèle fonctionne sur un principe de concours ce qui suggère que pour une demande déposée, le client reçoit 67 créations (67 créations par concours sur leurs sites) et il devra en choisir qu’un et dès lors, 66 graphistes aient travaillé pour rien.

Sans aucun doute avoir 66 concurrents est énorme et le fait de travailler gratuitement pour un prestataire en freelance est impensable, le temps passer sur un projet, c’est du temps perdu et non récupérable. Pour un prestataire j’imagine certainement que ce n’est pas rentable et pour un client examiné 67 propositions doivent être une masse de travail importante. D’autres services de types existent encore fonctionnant sur une base de concours.

Cependant d’autres modèles existent afin d’éviter aux prestataires de travailler pour rien et permettant de réduire la concurrence et rendent plus facile le choix du client. Graphistesonline est une plateforme B TO B de mise en relation dans le domaine du graphisme.

Ces prestataires pour accéder à la plateforme paient une cotisation de l’ordre de quelques dizaines d’euros, ce qui s’avère être rentable pour eux très vite, cette cotisation assure ainsi une cotisation moindre que ce que l’on peut trouver sur les plateformes de concours. Sur Graphistesonline, en moyenne vous avez entre 3 à 5 prestataires en concurrences.

Graphistesonline fournit aussi à chacun des prestataires qui passe par sa plateforme une assurance sur le fait d’être rémunéré pour chaque mission puisque les transactions financières sont directement gérées par Graphistesonline, c'est-à-dire, lorsqu’un prestataire remporte une mission, il lui est demandé de ne pas commencer à travailler sans avoir reçu la confirmation de la plateforme que du côté financier tout était réglé. De l’autre côté la plateforme prend contact avec le client afin de lui demander de verser sur un compte séquestre. La plateforme devient donc tierse de confiance puisque l'est bloqué jusqu’à la fin de la mission. Le but était d’éviter qu’une des 2 parties soit floués, par exemple le prestataire qui prend un acompte et ne livre pas le projet ou le prestataire qui travaille et le client change d’avis à la dernière minute et ne veut donc pas payer le prestataire.

Posté par administrateur12 à 11:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,