L’impression 3D est en plein boum depuis quelques années. Alors, celle-ci nous développant de plus en plus vite et donc depuis quelque temps, pouvons-nous dire qu’il s’agit d’une avancée technologique qui s’adapte à notre société et à notre vie ?

Il y a peu, une entreprise travaillant dans l’impression 3D à réussir à entreprendre la construction d’un pont à taille humaine automatiquement. Il s’agit ici d’une innovation majeure pour les imprimantes 3D qui peuvent désormais imprimer des matériaux métalliques. En effet, depuis leurs créations, le plastique était l’une des seules matières qu’elles pouvaient imprimer. La société prénommée MX3D a permis ainsi d’imaginer la possible existence d’une nouvelle dynamique pour l’industrie et précisément pour le secteur du bâtiment.

En dehors de l’industrie, le «3D print » s’implante dans d’autres domaines et notamment au niveau de la médecine. Un exemple de cela est la création au moment de l’échographie d’une mini-sculpture 3D correspondant au visage du bébé. Celle-ci permettant aux mères aveugles de pouvoir visualiser leur progéniture par le toucher. Cette impression 3D étant mise en place par Huggies, une marque hygiénique pour enfant semble finalement être un bon plan marketing pour cibler les femmes enceintes. Mais en dehors de cela, il s’agit d’une autre avancée dans le développement croissant de l’impression 3D.

Pour poursuivre sur notre réflexion, peut-on se demander si les imprimantes 3D peuvent aider la médecine et permettre de nous soigner ou même de nous sauver la vie ? La réponse semble être positive avec l’histoire de Freddy la tortue, une histoire tragique se déroulant au Brésil suite à un incendie. Une tortue ayant été retrouvée victime des flammes avait brûlé sa carapace et semblait atteindre le bout de sa vie. Et cela, avant qu’intervienne l’impression 3D avec l’élaboration d’une carapace 3D mise en place en collaboration avec l’association «Animal Avengers » pour sauver Freddy. Un acte magnifique donc qui permet d’envisager la même chose pour l’Homme avec éventuellement l’élaboration et le développement de prothèses réalisées par des imprimantes 3D.

Tous ces exemples favorisent donc le développement de l’impression 3D et lui envisage un bel avenir. De plus, d’importantes entreprises comme Boulanger investissent à ce sujet avec notamment Happy 3D, une plateforme permettant aux consommateurs d’imprimer seul des pièces de réparations cataloguées par Boulanger en personne. Il s’agirait alors d’une première mondiale qui permettra en plus de réparer soi-même ces appareils, de s’adapter à l’impression 3D.