La communication, un des domaines dans le milieu du web qui voit de plus en plus d’auto-entrepreneurs se lancer. Ils sont nombreux à se spécialiser dans l’infographie, le webdesign, le référencement, la création de sites. La grande difficulté de se lancer seul, c’est de choisir le statut que l’on va adopter et d’en connaitre les avantages et les risques/inconvénients que ce statut comporte.

Pour un graphiste le choix s’avère plutôt simple, les graphistes qui souhaitent exercer en freelance ont le choix entre les quatre statuts suivants : artiste-auteur, libéral, société et auto-entrepreneur.

§  Artiste-auteur : Pour avoir ce statut, deux conditions doivent être réunis, il ne faut avoir des revenus ne provenant que de ces 3 sources « ses créations, la cession de ses œuvres, les droits d’exploitation et/ou de reproduction de ses œuvres. Il faut aussi justifier d’un revenu suffisant (8577 € en 2014) Au niveau fiscal, le graphiste artiste-auteur doit : s'inscrire auprès de son centre des impôts en tant que travailleur indépendant et déclarer ses revenus en bénéfices non commerciaux.

Au niveau social, selon la nature de son activité, il s'inscrit à : la MdA (Maison des Artistes) pour les auteurs d'œuvres graphiques ou plastiques, l'Agessa (Association pour la gestion de la sécurité sociale des auteurs) pour les auteurs, photographes, illustrateurs d'écrits et auteurs de logiciels.

Avantages

Inconvénients

  • Cotisations sociales limitées, calculées sur la base du bénéfice imposable.
  • Au niveau fiscal, le bénéfice est taxé sur le barème progressif de l'impôt sur le revenu.
  • TVA à taux réduit (10 %).
  • Exonération de taxe professionnelle.
  • Revenu minimal nécessaire pour être adhérent d'une caisse de sécurité sociale (MdA ou Agessa).
  • Couverture sociale qui ne prend pas en charge :
    • l'accident du travail,
    • la maladie professionnelle,
    • le chômage.
  • Responsabilité financière illimitée sur l'ensemble des biens personnels de l'artiste-auteur.

 

 

§  Libéral Le métier de graphiste est une profession reconnue au titre des professions libérales. Le statut libéral est avantageux dans deux cas : graphistes qui dispensent des cours, graphistes qui réalisent plus de travaux d'exécution que de création.

Le statut libéral permet de travailler seul, mais aussi d'embaucher des salariés. Comme pour l'artiste-auteur, la responsabilité financière du graphiste en libéral est illimitée.

§  Société : Les graphistes freelances qui souhaitent limiter leur responsabilité financière peuvent choisir la création d'une société pour exercer leur profession. Cela permet en effet de séparer patrimoine personnel et patrimoine professionnel. Dès lors l’ensemble des statuts de création d’une entreprise sont accessible

La création d'une société : permet d'imposer les bénéfices à l'impôt sur les sociétés et de déduire des frais, mais impose plus de formalités et d'obligations de gestion et le paiement de la TVA.

§  Auto-entrepreneur : Les graphistes qui débutent une activité en freelance ont intérêt à choisir le statut d'auto-entrepreneur pour : la simplicité des formalités administratives, l'exonération de taxe professionnelle durant trois ans, la franchise de TVA, le paiement de cotisations sociales, seulement en cas de chiffre d'affaires positif.

Pour bénéficier du statut d'auto entrepreneur, le graphiste freelance ne doit pas réaliser un chiffre d'affaires supérieur à 34 900 € pour l'année 2014.